Témoignages

Témoignage n°1

                 Interview de Machloann, femme de 30 ans ayant été anorexique de 20 à 24 ans ( 1999-2003 )

1-D'après vous l'anorexie est une maladie avant tout psychologique ou organique ?

Pour moi l’anorexie est une maladie avant tout psychologique entraînant des troubles organiques.

2-Quelle est la cause pour laquelle vous êtes tombée dans l'anorexie ?

Je ne sais pas si on peut parler de cause à l’anorexie, pour moi ce fut plutôt un événement déclenchant qui m’a fait rentrer dans la spirale d’un régime.

Un jour je me suis pesée (je n’étais pas une fan de la balance, je m’assumais comme j’étais) et là le poids qui s’afficha sur la balance ne m’a absolument pas plu et je me suis dit « qu’est-ce que c’est que ce poids, mais c’est beaucoup trop pour moi !!! ». Ce jour là je pesais 48kg pour 1,58m.

Ce jour là j’ai décidé de faire un régime et le simple régime se transforma en un cauchemard qui dura presque 4ans. (1999-2003)

3-Y a t il eu des choses ou des personnes qui vous ont influencé ?

Non rien ne m’influençais, c’est moi qui voulais perdre du poids coûte que coûte et pour ça j’étais prête à tout. De toute façon autour de moi, ma famille en l’occurrence, faisait comme si de rien n’était donc j’étais seule avec cette maladie.

Par contre il y a certaines réflexions qui me faisaient mal. Un jour mon beau-frère (qui se croit plus intelligent que tout le monde) me dit : « oh là, bah va falloir arrêter de manger parce que t’as vu comment t’es grosse !!!! » bien sûr il était ironique mais moi je l’ai pris au 1er degré et ça m’a vraiment blessée et me suis dit » bah oui il a raison je suis énorme, il faut que je fasse encore plus attention à ce que je bouffe ! » et à cette période là je pesais 38kg.

Donc il y a des paroles qui sont en apparence anodines mais elles font réellement souffrir et ça c’est vraiment dur.

4-Vous ne ressentiez pas le besoin de manger ?

Oui et non.

Quand on mange de moins en moins l’estomac s’habitue à ne recevoir qu’une petite quantité de nourriture donc il a tendance à se rétracter et du coup quand on mange, la satiété apparaît très vite et du coup on arrête de manger. C’est comme les personnes obèses qui mangent de grandes quantités de nourriture, leur estomac à l’inverse se dilate, se détend et est ainsi apte à recevoir beaucoup plus de nourriture.

Quand je ressentais le besoin de manger (ventre qui gargouille par exemple) j’étais contente car je maîtrisais mon corps, il me réclamait à manger mais j’étais la seule à décider si je lui satisfaisait sa faim ou non. Et du coup ça me donnait une impression de maîtriser complètement mon corps.

Mais je ne ressentais pas plus le besoin de manger.

5-Dans quel état d'esprit êtiez-vous ?

Je ne pensais, ne vivais que dans l’obsession de perdre du poids, de maigrir. Je me trouvais toujours trop grosse, quand je me regardais dans la glace c’était horrible car je me trouvais grosse mais tout le monde me disait « tu es maigre, tu es malade ? » Ils me disaient que j’étais maigre mais moi je me trouvais grosse voilà la difficulté de la maladie.

Je me trouvais grosse mais je voyais bien que mon corps souffrait de ce que je lui imposais, manger moins et toujours moins !! Je n’avais plus de seins, je n’avais plus de règles, quand je me mettais debout ma tête tournait mais ce n’était pas grave je continuais dans cette lutte incessante des kilos en trop.

Je ne sortais plus, inventais des prétextes pour ne pas assister aux repas de famille, mariage, anniversaire, pique-nique, je me coupais du monde. Ma meilleure amie était la balance !!!! Je me pesais à longueur de journée, même avant de boire un verre d’eau je me pesais (ça c’était dans la période critique)

 6- Vous pensez qu'il faudrait plus en parler ? Mettre en place plus de campagnes de sensibilisation ?

L’anorexie est une putain de maladie (c’est comme ça que je l’appelle) qu’il est difficile de comprendre quand on n'en est pas atteinte. Il est difficile pour des personnes de comprendre, ne serait-ce que d’imaginer notre quotidien dans cette perpétuelle lutte aux calories et aux kilos.

Pour beaucoup de personnes, les anorexiques sont des filles qui se privent volontairement de nourriture pour perdre un petit peu de poids et que de toute façon ça leur passera !!!!!! mais non c’est bien plus compliqué que cela !

Je ne suis pas sûr qu’il soit nécessaire d’en parler plus, je trouve qu’il y a beaucoup de reportages, documentaires sur le sujet et trop d’information, tue l’information.

7-Comment avez-vous réussi à vaincre l'anorexie ?

J’étais reçue au concours d’entrée à l’école d’infirmière, étude qui dure 3ans1/2, et le fameux rituel des visites médicales pour déclarer apte ou non le futur étudiant à suivre ces études avait lieu peu de temps après la rentrée.

Lors de cette visite médicale (qui est gravé dans ma mémoire pour toujours), le médecin après m’avoir fait monter sur la balance en culotte, donc impossible de tricher, m’annonce : « je vous hospitalise ! vous êtes dans un état grave, à la limite des problèmes cardiaques ».

J’ai refusé l’hospitalisation lui expliquant que cette école d’infirmière était primordial pour moi, qu’il était hors de question que je repousse ces 3années d’études voire que j’y renonce et que ce métier était tout pour moi !

Après une très longue discussion, le médecin à décidé d’un contrat entre lui et moi. Je continuais mes études et je devais une fois par semaine aller le voir pour une pesée !

Ca a pris du temps, beaucoup de temps, un jour je prenais 200gr et la fois d’après je perdais 1kg.

Le jour de cette visite je pesais 33k900g.

8-En gardez-vous des séquelles ?

A ce jour, j’ai toujours un bilan biologique perturbé mais qui est loin d’être alarmant, surtout la kaliémie, la calcémie c’est à dire le ionogramme sanguin qui est perturbé.

Je perds très vite du poids, mais j’ai beaucoup de difficulté à en reprendre (ex : épidémie de gastro, anxiété, stress qui sont pour moi des périodes qui me coupent l’appétit et où je perds beaucoup et très vite du poids).

J’ai des cycles menstruels irréguliers, longs et dépendant de mon poids. Si un mois, j’ai perdu un peu de poids ou si je n’ai pas mangé suffisamment de corps gras et bien je n’aurai pas mes règles !

Aujourd’hui je suis mince même si à vrai dire j’aimerai prendre un peu de poids histoire de remplir mes jeans taille 34 car certains d’entre eux sont trop grands pour moi. Aujourd’hui mon poids varie entre 40kg et 41k500gr.

9-Dans un magasin en passant devant la nourriture vous n'en n'aviez pas envie ?

Oh que non, je trouvais tout trop gras, trop sucré, trop calorique et rien qu’à les regarder, j’avais l’impression de prendre 20Kg, rien qu’en les regardant.

A la rigueur, les légumes ne me répugnaient pas, d’ailleurs ce sont les rares aliments que j’avalais car moins caloriques !

Lorsque je faisais les courses, je regardais les étiquettes de tous les aliments que j’achetais pour connaître la teneur en lipides, glucides, acides gras et calories. J’étais incollable sur les calories des aliments, je connaissais tout par cœur !!!! et j’achetais ce qui était le moins calorique.

L’eau, c'était parfait car ça me calait, ça me remplissait et avec 0 calorie.

10-Vous vous trouviez comment physiquement ?

Je me trouvais toujours trop grosse, ni belle ni moche à vrai dire je m’en fichais car tout ce qui m’obsédait était mon poids. Je me fichais de plaire aux garçons ou non puisque ma tête étais préoccupée par autre chose de bien plus important : mon poids.

11-Que pensez vous de cette période de votre vie ? Regrettez-vous ?

Pour moi c’est une période ou psychologiquement j’ai souffert le martyr, je me trouvais dans une spirale où mon entourage n’y comprenait rien, ne me montrait même pas leur compassion, faisait comme si de rien n’était et ça c’était horrible.

Perdre du poids était plus fort que tout et je ne pouvais ni n’arrivais à lutter contre ça, je voyais bien que mon corps souffrait mais je n’arrivais pas à remonter la pente, à arrêter cette spirale infernale de la perte de poids.

L’anorexie fait partie de mon histoire et elle m’a peut-être appris à être plus à l’écoute aujourd’hui de mon corps, d’y faire plus attention, à prendre soin de lui. Mais je pense que psychologiquement, l’anorexie m’a rendue plus vulnérable, plus fragile mais elle m’a aussi rendue plus déterminée dans mes choix et mes projets.

12-Que pourriez-vous dire aux personnes souffrant de troubles alimentaires ?

Il m’est difficile de répondre à cette question du fait d’en avoir moi-même souffert.

Je conseillerai peut-être de se faire aider psychologiquement (psychiatre, psychologue) afin d’avoir une prise de conscience du problème plus tôt dans la maladie. En ce qui me concerne, j’aurai aimé bénéficier d’une prise en charge psychologique.

Par contre, ce qui m’énerve le plus c’est d’assommer les anorexiques de conseils alimentaires, d’équilibre alimentaire, d’apports journaliers recommandés etc... on le sait tout ça, on est même calé sur ce sujet !!!! le fond du problème est ailleurs !

13-Cela vous posait-il des problèmes ? Cherchiez-vous à le cacher ?

Je m’habillais comme un garçon manqué, avec des vêtements amples évidemment puisque je n’aimais pas mon corps. Mais je pense que je cachais plus mon corps à moi-même qu’aux autres.

Je continuais à faire du sport et j’adorais ça car je perdais des calories !!!

14-Comment vous alimentez-vous aujourd'hui ?

Il persiste malgré tout un contrôle de la nourriture que je mange. Maintenant, j’ai des envies comme tout le monde (carré de chocolat, glace, tartine de beurre) et je les satisfais, si j’en ai envie je mange mais par contre le repas qui suit et les jours suivants, c’est restriction et contrôle de la nourriture afin de rééquilibrer l’apport calorique. Je n’y peux rien, c’est plus fort que moi. Si je ne surveille pas mon apport calorique sur la semaine ou 2 jours, je me sens mal et je me sens frustrée.

Maintenant j’ai trouvé un certain équilibre, un bien être avec la nourriture, j’arrive à gérer sans que ça ne devienne une obsession qui m’empêche de vivre.

Par contre, je déteste les périodes de Noël et nouvel an, les réceptions avec repas car se sont des périodes où il y a une orgie de nourriture, où tout le monde se goinfre de nourriture et j’ai horreur de ça, je ne me sens pas bien et l’appétit disparaît illico et je ne prends aucun plaisir à manger !

 Témoignage n°2

          Pauline, 15 ans atteinte d'anorexie depuis 2 ans.


1- L'anorexie c'est une maladie psychologique mais aussi organique qu'est ce que tu en penses ?

L'anorexie c'est pas physique, c'est que psychique et à la longue c'est le physique qui trinque.

2- Qu'est ce qui t'as rendue anorexique ? Il y a des choses ou des gens qui t'ont influencée ?

Les pro-ana influencent mais pour moi c'est un regroupement, je me trouvais grosse, j'ai été violée, les petits surnoms donnés par la famille, alors tout accumulé, on finit par craquer, on commence par se dire "je fais regime", et ensuite on voit qu'on perd et on se trouve toujours de la graisse partout, donc on en veut toujours plus.

3- Mais au bout d'un moment tu te rends compte que tu ne peux pas aller plus loin ?

C'est à dire ?

4- Tu maigris beaucoup donc il n'y a pas un moment ou tu te dis que tu n'as plus rien à perdre ?

Non, on en a toujours, on voudrait pouvoir peser le poids zero.

5- Donc ce qui t'influence on peut dire que cest la balance ?

Oui

6- Et tu n'as pas envie de manger ?

Maintenant, je suis boulimique mais quand j'étais anorexique restrictive, je n'en avais pas envie.

7- Il y a souvent la boulimie après l'anorexie ?

Oui, toutes les anorexiques que j'ai rencontrées sont boulimiques non-vomitives, mais moi je suis encore anorexique - boulimique vomitive.

8- Et aujourd'hui tu es dans quel état d'esprit ? Tu te rends compte que c'est mauvais pour toi ou tu es en quelque sorte inconsciente de ton mal-être?

Je suis dans un état où j'essaye de stopper l'alimentation et notamment les crises car c'est incontrôlable, je ne sais plus ce que veut dire avoir faim , être pleine, donc je mange normalement mais je vomis tout après et je prends des laxatifs.

9- Et est ce que tu as envie de retrouver ces sensations ?

Oui j'aimerai mais ce n'est pas possible je me trouve trop grosse

10- Mais je suppose que tu es aidée ? Les hopitaux, tes parents ... ?

Les hopitaux, pour le moment, je n'ai aucune nouvelle, mais j'ai été énormément hospitalisée par le passé. Mes parents pleurent car il n'en peuvent plus

11- Tu n'as pas réellement d'aide en fait ? Tu es plus ou moins seule face à ce "problème" ?

Oui je suis seule, comme beaucoup.

12- Ta maladie c'est un fardeau non ?

Oui , car je n'ai pas de vie, je passe 1 h après chaque repas au moins à vomir et en pleine journée quand j'ai une crise c'est 5h

13- Et tu penses un jour que tu pourras vaincre tout ça et que tu auras une vie normale ?

Je ne sais pas. La maladie reste toujours plus ou moins, on garde des habitudes .. ( compter les calories que contiennent chaque aliment , ne pas dépasser un certain nombre ..)

14- Il y a de plus en plus de personnes anorexiques, boulimiques, tu ne penses pas qu'il faudrait un peu plus en parler, montrer plus de campagnes de sensibilisation ?

Non je ne pense pas car cela inciterait les pro-ana

15- Au jour d'aujourd'hui, physiquement, comment tu te trouves ?

Grosse! Je me regarde dans le miroir, je ne vois qu'un tas de graisse ... Mais c'est la balance le pire car j'en ai 4 , 1 éléctronique et 3 à aiguille

16- C'est éprouvant tout ça, tu dois etre fatiguée ?

Oui, par jour je me pèse 11 fois sur chaque balance

17- Donc on peut parler d'obsession ?

Oui exactement

18- Et les autres filles qui ne sont pas anorexiques, tu les trouves comment ?

Minces! Toutes sans exception

19- Et au niveau de tes études, ça ne te pose pas de problèmes ?

Si, l'an dernier je n'ai suivi que 3 mois de cours à cause des hospitalisations.

20- J'imagine que ça doit être dur! Et comment réagissent les gens du lycée ou même les gens dans la rue ?

J'ai le droit à des regards insistants et à des réflexions comme : «  Oh regarde on voit ses os, c'est dégeulasse! »

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site