II . Pourquoi les problèmes de santé ne sont pas les mêmes dans les différentes sociétés ?

 B. Les raisons culturelles / sociales.

Une des raisons pour lesquelles les problèmes de santé ne sont pas les mêmes dans les différentes sociétés est que les médias, la mode, la culture, l’entourage, les célébrités … ont une influence sur notre mode de vie, nos pensées et notre alimentation. En effet, les choix alimentaires sont guidés par des préoccupations de santé, et de plus en plus, les médias informent les populations sur les attitudes alimentaires à adopter. On voit beaucoup à la télévision, dans les magazines et à la radio des campagnes publicitaires qui donnent aux consommateurs  des conseils pratiques à adopter chaque jour (campagnes manger-bouger par exemple). Depuis les années 1980, l’équilibre des repas est devenu important, et les médecins donnent eux aussi des recommandations sanitaires et diététiques, tout comme les magazines de santé. Jusque là, ce sont des influences  positives qui nous sont présentés, seulement, les influences négatives sont bien plus courantes, et nombreuses sont les personnes qui s’y laissent prendre. Toujours en rapport avec les médias, un sondage a été fait auprès de nombreuses femmes, et 95% des femmes ne ressemblent pas aux normes de la minceur fabriquées par les médias. 95% des femmes dépensent leur argent et leur énergie à lutter contre leurs corps. Quant aux hommes, ils admettent être influencés par les corps musclés que fabriquent les médias. D’ailleurs, les produits qui ont pour but de développer la musculature sont très vendus sur le marché. On peut donc dire qu’à cause de la publicité et du reste des médias, la perception du poids et de l’apparence physique est très importante chez les individus. D’ailleurs l’industrie des cosmétiques et de la forme physique dépensent des milliards de dollars pour nous montrer leur vision de la mode et nous inciter à l’adopter, et donc à acheter leurs produits. L’obsession de la mode et du corps « idéal » influence notre comportement alimentaire et donc notre consommation alimentaire. De la même manière, les tops model influencent notre idée du corps parfait, alors qu’elles sont généralement beaucoup trop minces.

 

Beaucoup de mannequins meurent d’anorexie, d’overdoses … car le milieu professionnel les incite souvent à tomber dans ces cercles vicieux. Ce phénomène touche les mannequins des pays riches mais aussi des pays pauvres. Dans le domaine de la mode, nous avons-nous-même remarqué la présence de plus en plus abondante de pantalons taille 32 ou 34 dans les magasins de femmes adultes, et peut-être que cela peut influencer les femmes. Nous constatons aussi qu’il y a peu de magasins « grandes tailles » dans nos centres commerciaux, et que les vêtements qui y sont vendus ne sont pas toujours aux goûts de tous, pas toujours bien taillés, et pas toujours  « a la mode ». La notion de « mode » et du corps « parfait » nous est inculqué dès le plus jeune âge, dans un contexte culturel, avec par exemple les poupées Barbie qui représentent très bien ces deux notions. Les jeunes filles auront déjà une idée « type » de ce à quoi elles devront ressembler plus tard. L’entourage joue aussi un rôle important et influence parfois nos choix et nos problèmes de santé ou de troubles alimentaires. L’appartenance à un groupe peut aussi nous influencer à maigrir pour leur ressembler. Souvent, les problèmes de familles conduisent au mal-être de l’enfant alors il peut parfois penser que la seule chose qu’il contrôle est son alimentation. Les enfants pensent aussi que la « normalité » est représentée par leur famille proche. Le regard et le jugement des autres influence aussi beaucoup nos comportements, car ces personnes peuvent parfois penser que les autres ne sont pas dans la « norme ». Les gens victimes de ces regards et de ces jugements se font parfois insulter, subissent des regards désagréables car ils ne sont pas jugés comme « normaux ». Ces personnes ressentent donc un mal-être pour la plupart, ils commencent parfois même à se détester, à détester leurs corps, et cela les conduit à des troubles alimentaires. Heureusement, il existe de plus en plus de campagnes de sensibilisation pour diminuer l’influence qu’ont les médias ou les célébrités sur nous. Dans le domaine de la mode, certains pays comme l’Espagne n’acceptent plus les mannequins trop maigres dans leurs défilés et leurs agences. Ils on fixés un indice de masse corporel à respecter pour s’assurer que leurs mannequins aient une meilleure hygiène de vie, même si elle n’est pas la meilleure. Toujours dans le domaine de la mode, l’Italie s’est exprimée à propos du phénomène de l’anorexie qui touche les mannequins : les campagnes de publicité No-Lita montrent sur des affiches dans les rues des mannequins anorexiques proches de la mort. Pour nous sensibiliser d’avantage, nous voyons le corps nu et sans aucunes formes du mannequin. L’enseigne Dove défend le corps des femmes en engageant pour leurs publicités des femmes de toutes formes pour montrer que la beauté est subjective. Certaines publicités ne sont plus retouchées, c’est ce qu’on appelle la « Real Pub ». Ainsi, nous sommes constamment influencés par les médias, les célébrités, la mode … par rapport à notre apparence physique, et certaines campagnes de sensibilisation nous aident à mieux nous alimenter (manger-bouger) ou à nous apercevoir du mal que l’on peut se faire (No-Lita).

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site