I. Les différents problèmes de santé à travers le monde liés à l'alimentation.

 B. Les conséquences sur la santé

 En effet, une mauvaise alimentation a des conséquences sur la santé. Aussi bien les femmes que les hommes, connaissent parfois l’anorexie, l’obésité, le surpoids, le stress, la fatigue, la dépression, l’anxiété et la boulimie. Dans la même étude que dans notre première partie, sur les 61 000 adolescents, il nous est dit que 64% des adolescents français sont préoccupés par leur poids, 33% se sentent incités à perdre du poids, et 31% envisageraient un changement de régime alimentaire. 83% des Brésiliens et des Portugais sont préoccupés par leurs poids, pour les Norvégiens, cette part représente 38% et pour les Néerlandais, cette part représente 35%. De plus 60% des adolescents français trouvent irréaliste l’image du corps stéréotypé qui est véhiculée par les médias, mais 11% la trouve réaliste. En Amérique, 37% des femmes sautent des repas, 26% s’interdisent certains aliments mais le plus désolant est que 31% vomissent ou prennent des laxatifs de part ces pourcentage le taux d’anorexique de 25 à 45 ans s’élève à 10% en Amérique contre 2% en France. Nous allons tout d’abords définir ce qu’est l’anorexie et l’expliquer. Le mot « anorexie » vient de « anorexia » qui signifie « absence d’appétit « . Du point de vue médical, c’est un symptôme qui correspond à une perte d’appétit. Ce symptôme est observable dans de nombreuses maladies organiques et psychiatriques (39% disent que leur poids agit sur leur bonheur). Il conduit à la malnutrition et à ses complications. On peut aussi l’appeler anorexie mentale, qui est un trouble psychiatrique complexe spécifique au cours duquel il n’y a pas de perte de l’appétit, mais au contraire une lutte active contre la faim. Il y a deux grands types d’anorexie :

-       L’anorexie restrictive : la personne qui en souffre s’interdit la plupart des aliments qu’elle considère comme étant trop caloriques. Elle s’impose un régime strict, saute des repas ou jeûne.

-       L’anorexie-boulimie (50 à 60% des cas) : après quelque temps, les restrictions draconiennes poussent la personne malade à ingurgiter des quantités incroyables de nourriture. Ensuite, elle se fera vomir ou utilisera des laxatifs.

L’anorexie est une obsession qui pousse souvent ses victimes à l’extrême : automutilation, tentatives de suicide …

Nous nous sommes penchées de près sur le cas de l’anorexie, et nous avons interrogé deux femmes, la première est guérit de cette maladie et le seconde en est toujours atteinte, leurs témoignages sont présents sur notre site internet. Officiellement, l’anorexie touche 2% des femmes, et 10% des anorexiques meurent de cette maladie. Nous avons aussi posté sur notre site le témoignage d’un mannequin, qui nous apprend que les chiffres représentant la part d’anorexiques sont faussés, et qu’ils sont en réalité plus élevés. L’anorexie offre à ses victimes un corps squelettique qui peut nous rappeler les guerres ou les famines. On reconnait aussi un anorexique au nombre exubérant d’heures de sport  qu’il pratique, à la nourriture qu’il cache pour ne pas avoir à l’avaler. On tombe parfois dans l’anorexie à la suite d’un simple régime, ou à la suite de problèmes familiaux ou personnels. La nourriture devient alors la seule chose que l’on peut toujours contrôler. Les pro-anorexiques dite pro-anas encouragent aussi ce genre de comportements. Ce sont des personnes qui prônent l’anorexie et qui pensent que c’est un mode de vie et une chose « normale » . Dans les années 70, l’anorexie était une maladie d’adolescente blanche aisée dans un pays riche, mais aujourd’hui l’anorexie touche tous les âges, tous les sexes, tous les pays et tous les milieux. En effet, 10% de l’ensemble des anorexiques sont des garçons, mais ils consultent moins de psychiatre et autres spécialistes. L’anorexie n’est pas la seule maladie, en effet, la boulimie touche 5% des femmes et 30% des boulimiques sont des garçons. La boulimie se caractérise par des pulsions irrésistibles à manger avec excès, dès que l’on en a envie, en général en cachette. La personne boulimique se débarrasse ensuite de la nourriture ingurgité par différents moyens (vomissements, laxatifs). La boulimie se déclenche souvent lors de la puberté. Pour la boulimie comme pour l’anorexie, la nourriture est une obsession ainsi que la balance. Les boulimiques ont des crises importantes après qu’ils aient ingurgité des quantités énormes de nourriture. Dernière maladie touchant principalement les pays riches : l’obésité. En effet, un quart des américains sont obèses, 1 femme sur 40 est obèse en Grande Bretagne, et en Europe, plus de la moitié des adultes sont en surpoids et parmi eux, 30% sont obèses ? L’obésité correspond à un excès de poids dû à un excès de graisses. Dans tous les pays européens, en 10-15 ans, l’obésité a augmenté de 10 à 15%, et cette augmentation est plus nette chez les jeunes. Selon les statistiques, 20% des enfants obèses à 1 an et 60% des adolescents obèses deviendront des obèses une fois adultes, et le risque est encore plus élevé si l’un des parents est obèse. Les dépenses de santé des personnes obèses représentent 4%, en France, en 1995. Elles représentent 4% aux Pays-Bas et 6% aux USA. Ce taux est en constante augmentation. L’obésité peut être causée par des facteurs génétiques de l’organisme et par le stress, la fatigue, une mauvaise alimentation, les médicaments pris à long terme, les fast food, l’influence des médias, la sédentarité (voitures, transports en commun), la baisse des efforts physiques … Ainsi, la consommation alimentaire a des conséquences directes sur la santé des individus : l’anorexie et la boulimie ont tendances à toucher principalement les pays riches mais aussi les pays en développement. Ces différents problèmes de santé sont les conséquences d’une alimentation trop sédentaire et pas assez équilibrée.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site